Les fansubbers et moi

Il convient, avant toute chose, de rappeler que l'activité de ceux que l'on appelle les fansubbers est totalement illégale car elle constitue une infraction aux droits d'auteur. Je rappelle, en effet, que traduire une œuvre sans autorisation des auteurs ou ayant-droit consitue une violation de l’article L 122-4 du Code de propriété intellectuelle. En France, la diffusion de l'œuvre sans autorisation est considérée comme de la contrefaçon.

 

Je parlerai ici des fansubbers qui s'intéressent aux séries et films étatsuniens et non de ceux qui s'intéressent aux mangas. En fait, le fansubbing est né avec les mangas, dans un souci de diffusion d'oeuvres non disponibles dans les pays occidentaux. La démarche avec les "produits" étatsuniens est quelque peu différente.

 

En ce qui concerne la qualité du sous-titrage, c'est une question délicate, d'autant que je n'ai pas mené d'étude et je ne me suis pas mis à regarder tout ce dont les fansubbers étaient capables. Néanmoins, le peu que j'ai vu est assez catastrophique : il n'y a aucun respect des règles de sous-titrage, ce qui fait qu'on a souvent trois ou quatre lignes (voire plus). La conséquence est qu'on ne voit plus l'image. La tendance est aussi à l'explication ou explicitation. On se retrouve donc avec parenthèses et autres crochets - signes typographiques interdits dans la profession - pour donner une note d'explication culturelle ou expliquer un jeu de mots. C'est une espèce de note en bas de page... qui n'a rien à faire là.

Ensuite, la maitrise de la langue source laisse souvent à désirer tant les contresens et autres erreurs pullulent dans les subs. Je ne parle pas des fautes de français et autres barbarismes. Avant de s'essayer à la tradaptation, certains feraient mieux de revoir leur français !

 

La critique est aisée, je l'admets, d'autant que les véritables fans qui se donnent les contraintes des professionnels peuvent se payer le luxe de prendre leur temps et de donner un résultat qui mérite d'être salué mais qui est évidemment plus que rare.

 

Quant à savoir si le fansubbing nuit au sous-titrage professionnel, c'est une question à laquelle je me garderai bien de répondre. J'ose espérer que le spectateur lambda sait faire la différence, bien qu'il y ait sur le marché professionnel de plus en plus de gens qui se disent adaptateurs en sous-titres alors qu'ils feraient mieux de retourner à leur ancien métier et de laisser celui-là aux vrais professionnels ! Et je sais de quoi je parle ! J'aime d'ailleurs à les affubler du nom d'arnactateur ou remplisseur de cases...

D'une certaine façon, je peux comprendre les gens qui veulent faire découvrir à une communauté de fans des programmes inédits que les chaînes de leur pays n'achètent pas ou qui ont peu de chances d'être commercialisés en DVD. Néanmoins, en ce qui concerne les séries et films étatsuniens, le problème réside dans cette volonté de consommation de produits où, parce qu'on ne veut pas attendre, on veut consommer le "produit" tout de suite. Or, pour faire de la qualité, il faut du temps. Alors bien sûr, quand on voit comment certains doublages et sous-titrages officiels sont bâclés, on peut se poser la question. Le fait est malheureusement que l'adaptation audiovisuelle fait partie d'une industrie culturelle, expression qui sonne un peu comme un oxymore mais qui dénote néanmoins la réalité de la chose : l'argent est roi ! On donne rarement le temps et les moyens à un adaptateur de faire le mieux possible.

 

Le problème est sans doute insoluble car Internet est le réseau mondial où les choses sont difficilement régulables. Après tout, l'industrie audiovisuelle, pour sa reconversion, ne peut pas se passer d'Internet - notre futur écran de télévision est finalement notre écran d'ordinateur. C'est bien sûr le mode de consommation qui pose problème où chacun veut tout, tout de suite.

Les gens critiquent la chereté d'une place de cinéma, d'un DVD ou autre mais la culture ne peut tout simplement pas être gratuite. Certes les majors se font beaucoup d'argent là-dessus mais les artistes, petits ou grands, ont droit d'être rémunéré pour leurs créations et pour le succès qu'elles connaissent.

Écrire commentaire

Commentaires : 0