L'adaptation d'une sitcom

En traduction, on dit toujours que l'humour est le genre le plus difficile à rendre dans une autre langue, à l'instar de la poésie et j'ajouterai aussi le texte philosophique. En audiovisuel, cette vérité reste valable, voire s'accentue car si sur le papier, il n'y a aucune contrainte technique, en audiovisuel, il y en a deux de taille : l'image et le synchronisme (pour le sous-titrage, l'image reste une contrainte mais le synchronisme est remplacé par la contrainte de concision). Si bien qu'adapter une sitcom, que ce soit pour le doublage ou le sous-titrage, relève d'un véritable tour de force.

L'humour est difficile à transposer tout simplement parce qu'il repose sur des codes et des phénomènes culturels qui n'ont pas forcément d'équivalents dans la langue d'arrivée. A cela s'ajoute que certaines sitcoms sont ancrées dans leur époque, dans leur pays et font référence à des événements purement nationaux qui ne parlent à aucun autre pays du monde, quand bien même la langue serait la même.

Je vous cite un seul exemple : dans un épisode d'How I Met Your Mother que j'ai adapté, Robin va passer une audition pour un (faux) jeu télévisé, jeu présenté par un (vrai) présentateur vedette très connu aux Etats-Unis. Rien que là, le personnage "parle" aux spectateurs étatsuniens, mais dans le reste des pays où la sitcom est diffusée, le téléspectateur moyen qui ne connait pas ce présentateur (c'est-à-dire la culture du pays d'origine) y perd quelque chose. Que ce soit en Grande-Bretagne, en Australie, en France, en Grèce, au Japon ou ailleurs. Mais ce clin d'oeil est enrobé d'humour quand, dans son faux jeu, le présentateur utilise la méthode de son vrai jeu (en gros, le présentateur donne un indice et le candidat doit donner sa réponse sous forme de question). Force est de constater qu'il faudra totalement modifier ce passage pour que les téléspectateurs rient. Les Etatsuniens rient parce qu'ils comprennent la référence, mais un Anglais, un Australien ou un Sud-Africain, qui parlent la même langue, ne comprendront pas parce que ce jeu n'est pas connu dans leur pays. Certes, mes recherches m'ont prouvé que le jeu avait été adapté en France (fin des années 80) et dans d'autres pays, mais il n'a jamais été l'institution qu'il est aux Etats-Unis (il n'est d'ailleurs resté que trois ans à l'antenne en France) et n'a donc pas suffisamment marqué les esprits pour que je me permette de garder la référence. Surtout que le public de la sitcom est plutôt jeune... Donc, même en sous-titrage, que l'on loue pour être soi-disant plus proche du texte original que le doublage, l'adaptateur devra trouver autre chose pour faire rire. Car c'est là tout l'enjeu de ces programmes : faire rire. Avec ces fameux rires enregistrés qui indiquent "Attention : blague. Riez maintenant".

Autre difficulté : quand la blague est visuelle, c'est-à-dire qu'en plus de jouer sur les mots, l'image a toute son importance. Dans un autre épisode d'How I Met Your Mother, Ted donne un cours déguisé en hot dog (c'est Halloween). Une étudiante lui fait un compliment, ce à quoi il répond, en anglais "well, hot dog", une expression utilisée pour signifier "génial, cool". Et bien à moins d'avoir la même expression dans la langue d'arrivée, on y perd et on ne peut pas faire autrement (vu qu'on ne peut pas changer l'image). A l'adaptateur de trouver quelque chose de drôle et d'approchant. Personnellement, j'ai opté pour l'expression "J'ai la frite !", faute de mieux.

 

Un épisode de sitcom, aussi court soit-il, regorge de difficultés. Le débit est souvent rapide et les répliques sont incives pour la plupart. Il faut faire au mieux, tout en sachant qu'on y perdra à quelques reprises. Après, on peut compenser sur des répliques plus anodines - tout en restant dans l'esprit de l'original -, en espérant que le téléspectateur trouvera ça drôle. La malléabilité de la langue anglaise peut parfois être déconcertante quand on la met en rapport avec la rigidité du français. Or, je reste persuadé que le français peut être tout aussi flexible, il faut savoir jouer avec les mots et composer avec ce que permet sa propre langue, tout en étant original.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0